Le lecteur est un animal fidèle

Un livre lié par une ficelle en forme de cœur

J’ai fait cette expérience plusieurs fois dans ma vie. Vous l’avez faite, vous aussi ! J’entre dans ma bibliothèque avec une grande faim de lire, mais sans la moindre idée des livres avec lesquels l’assouvir. C’est la panne d’inspiration du lecteur ! Le créateur n’en a pas le monopole. Sans trop de motivation, j’attrape un livre ici, un livre là. Au petit bonheur la chance. Lisant les quatrièmes de couverture en diagonale, je me dis que dans le lot un ou deux me satisferont. Et, rentrant chez moi le pas léger, mais l’âme froissée un peu de m’être montré si désinvolte dans mes choix de lectures, je ne m’imagine pas la rencontre fantastique qui m’attend…

Un ami s’invite chez vous

“La lecture est une amitié.” – Marcel Proust

Parmi les ouvrages rapportés, il s’en trouve un pour lequel mon cœur s’enflamme. Rien de très exceptionnel. Le titre de ce blog en témoigne, je suis un cœur sujet aux embrasements de petite ou grande catégorie. Mais, cette brûlure est d’une nature particulière. Surtout, elle ravive quelque chose d’un peu éteint en moi. Cet auteur fait parler des voix dont le murmure n’était qu’à peine discernable en mes tréfonds. Il utilise les mots que j’aurais voulu utiliser pour formaliser les questionnements ou les doutes qui me taraudent d’un bout à l’autre des jours. D’ailleurs, je m’imaginais seul à les avoir. Et voilà que vient cet ami, par l’entremise des pages. Cet ami, j’ai tant aimé sa conversation que je souhaite le revoir. Demain, et le jour d’après encore. Sa présence près de moi me devient essentielle. Je le retrouve chaque soir après la même fervente attente. J’y ai même pensé la journée durant… Puis, les pages ayant filé au rythme de mon avidité, la dernière s’érige. Et, bien que buvant les phrases à petites gorgées pour retarder l’au revoir, le livre s’achève. Il faut se séparer de l’ami.

La liste de nos préférences

Il ne s’agit nullement d’une séparation définitive, vous le savez. Pourquoi ? Parce qu’ensuite je me mets en quête de tout ce qui porte la signature de cet auteur entré dans le cercle restreint des favoris littéraires. Parfois, il faut le dire tout de même, je m’aperçois que je m’étais emballé un peu vite. Il en va de même dans les relations sociales. Il arrive qu’on s’entiche d’une personne avant de découvrir que finalement, on avait gonflé outre mesure le lot des affinités partagées avec elle. Les premières rencontres sont parfois trompeuses. On s’éloigne alors doucement pour ne plus y revenir, la poitrine un peu alourdie de cette déception.

Si le premier regard a été juste, en revanche, cette quête commence. Elle se déroule parfois sur plusieurs années, car les circonstances ne permettent pas toujours d’avoir un accès immédiat à la totalité du corpus de l’écrivain. Peu importe ! Lorsque je le retrouve après de longs mois, les retrouvailles sont si douces…

Parmi les auteurs avec lesquels je connais ce lien unique : E.A. Poe, Jean Giono, Patrick Modiano, Jack London, Erri de Luca, Christian Bobin, George Sand, Aragon, Neruda, Cadou… pour n’en citer que quelques-uns ! Je les lis, les relis. Ouvrir un de leur livre fait monter en moi les sensations, intenses et rassurantes, que j’éprouve en ouvrant la porte de chez-moi, au retour d’un voyage !

Avouez, maintenant ! Vous aussi connaissez ces affections particulières qui vous poussent à chercher avidement la compagnie de certains auteurs. Lesquels ?

Un commentaire sur “Le lecteur est un animal fidèle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s