Eaux de ma souvenance…

"Ru printanier" : aquarelle de Ludovic Huet - Copyright

Eaux de ma souvenance, mi-folâtres, mi-dormantes, détentrices de toutes images qui m’appartiennent.

Courez, nuages dedans le ru, dedans le grand ciel inverse de mes pensées ! Courez, chargés de songes et de chants ! Mon enfance est le creuset d’où vous êtes montés, blottie contre les rondeurs fertiles et grasses du coteau qui jette un grand cri sur la campagne.

Être de là-bas, sans se l’être avoué ; en avoir l’accent dans les gestes, comme un pli marqué à l’habit de ma vie, pour jamais.

Eaux de ma souvenance qui détenez et ma mémoire, et mon cœur…

Je vous suis fidèle, malgré tout, et, à la remontée du temps, contre les courants et contre l’oubli, je tisse petite étoffe de louanges, petit linceul pour une messe païenne, intime.Je vous reviens, par l’eau sororale d’une aquarelle, par l’écho d’une méditation nourrie de noms et de sensations qui sont de votre parage.

Eaux de ma souvenance, le soir qui fait noirceur sur toute chose ne peut rien contre les images qui gîtent en moi.

Éternelles et lumineuses…

Découvrez entièrement le tableau ayant inspiré cette prose, ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s